Architecture Balinaise

L’architecture Balinaise peut s’apparenter à l’architecture Chinoise. Néanmoins, tout deux sont complètement différentes malgré leurs aspects traditionnels asiatiques. L’architecture à Bali est une tradition séculaire influencée par le mouvement hindoue, amené en grande partie par les javanais de l’époque. Ce type de construction descend de l’architecture vernaculaire. Qu’est ce que l’architecture vernaculaire ? Définition : Des maisons dites « vernaculaires » signifient qu’elles ont été construites lors d’une vague de construction. C’est-à-dire qu’elles ont étaient construite dans un temps délimités prédéfinis. La définition pure du mot vernaculaire désigne un type d’architecture quelconque, qui est propre à un pays, à une région, et à ses habitants. Sociologie : Les constructions vernaculaires sont considérées comme l’effet de changements économiques. Un style vernaculaire se réfère non seulement à une époque, mais détermine la classe sociale qui l’a propagé. Design : Les maisons sont construites avec des matériaux naturels. La base est façonnée sur une surface de ciment. La structure se fait grâce aux poutres et linteaux, supportés par des murs en bois ou en bambou qui font office de murs porteurs ou non. La bâtis est couverte de chaume mélangé avec de l’herbe et de la paille de riz, mais aussi du bois de noix de coco, de teck et de bambou tressé. En règle générale, les constructions sont fabriquées sur pilotis, mais ce n’est pas le cas pour la plupart des maisons à Bali.   Dire que l’architecture balinaise est seulement vernaculaire est trop simpliste. A Bali, on distingue les maisons domestiques et les lieux religieux de par leur conception. Les maisons domestiques : A l’inverse de la conception occidentale, les balinais ne construisent pas une seule bâtis, mais font plusieurs structures avec pour chacune une fonction : un pavillon pour recevoir les invités, la cuisine, les chambres dont une grande pour le chef de famille, l’espace de vie commune, salle de bain… Ces bâtis sont entourés de grands murs, servant à repousser les mauvais esprits. Les bâtiments sont ouverts du au climat tropical. Les maisons sont construites à l’identique avec une orientation kelod et kaja, c’est-à-dire vers la mer et la montagne. Malheureusement, ce type de construction se fait de moins en moins, car il nécessite beaucoup d’espaces et de terrains, soit un coût trop élevé pour les balinais aujourd’hui.

L’architecture religieuse :

Les temples balinais ou pura (traduction : ville fortifiée) sont conçus dans un gigantesque enclos à ciel ouvert, composé de multiples lieux cultes. La conception est souvent résumée en 3 parties, suivant le concept des trois Mandala : la zone extérieure appelé « Nista Mandala », la zone centrale appelé « Madhya Mandala » et enfin la plus saine et la plus sacrée : « Utama Mandala ». De multiples pavillons se trouvent dans les temples, comme par exemple un entrepôt ouvert où l’on conserve des reliques du temple.

Chaque temple possède des tours qui sont en fait des sanctuaires aux toits multiples, en hommage à une légende : par exemple, un sanctuaire à 3 toits est dédié à Gunung Agung, la montagne sacrée de Bali vers laquelle tous les temples balinais sont dirigés. Le nombre de toits est toujours impairs car selon les balinais, ce sont les seuls nombres qui ont un centre et un cœur.

Les balinais sont connus pour leur art, leur architecture externe est aussi belle que leur architecture interne. Cette dernière se compose de sculptures en bois ou en pierre, d’autres ornementations généreusement fleuries. N’hésitez pas à venir découvrir leurs habitudes, leurs rituels au sein de leur maison. Les balinais se feront un plaisir de vous recevoir chez eux !