L’école de pilotage balinaise ! 03/10/2014

Indispensable à Bali comme dans toute l’Indonésie, le scooter est le moyen de se déplacer le plus pratique et le plus rapide. Néanmoins, attention ! La conduite y est très spéciale, c’est comme s’il n’y avait pas de code de la route. Ca consiste uniquement en une sorte de chaos où tout le monde se faufile où il peut et s’évite. En fait, étant donné que tous les deux-roues savent que c’est « le bordel », tout le monde est relativement vigilant à l’égard des autres. Si vous connaissez la règle française d’un « croisement a l’indonésienne », alors vous avez tout compris. C’est un carrefour où l’on passe à l’inverse du sens habituel de circulation. Par ailleurs, il y a des embouteillages en permanence. Ceci dit, une fois quelques petites règles en tête, et une connaissance des petits raccourcis qui empruntent de toutes petites rues (Gangs) qui seraient piétonnes en France, vous gagnez un temps fou, vous évitez les embouteillages et vous visitez le vrai cœur de Bali. Pour se rendre à la plage, rien de tel qu’un scooter, comme pour aller n’ importe où d’ailleurs. Un détail anodin mais intéressant, vous laissez ce qui vous sert de casque sur votre engin sans aucune crainte car à Bali, il n’y a ni voleurs, ni délinquance, appréciable !!! Indispensable à Bali comme dans toute l’Indonésie, le scooter est le moyen de se déplacer le plus pratique et le plus rapide. Néanmoins, attention ! La conduite y est très spéciale, c’est comme s’il n’y avait pas de code de la route. Ca consiste uniquement en une sorte de chaos où tout le monde se faufile où il peut et s’évite. En fait, étant donné que tous les deux-roues savent que c’est « le bordel », tout le monde est relativement vigilant à l’égard des autres. Si vous connaissez la règle française d’un « croisement a l’indonésienne », alors vous avez tout compris. C’est un carrefour où l’on passe à l’inverse du sens habituel de circulation. Par ailleurs, il y a des embouteillages en permanence. Ceci dit, une fois quelques petites règles en tête, et une connaissance des petits raccourcis qui empruntent de toutes petites rues (Gangs) qui seraient piétonnes en France, vous gagnez un temps fou, vous évitez les embouteillages et vous visitez le vrai cœur de Bali. Pour se rendre à la plage, rien de tel qu’un scooter, comme pour aller n’ importe où d’ailleurs. Un détail anodin mais intéressant, vous laissez ce qui vous sert de casque sur votre engin sans aucune crainte car à Bali, il n’y a ni voleurs, ni délinquance, appréciable !!!