Une Semaine Aux Iles Gili

J’ai eu l’opportunité de découvrir les iles Gili. Il était temps de s’éloigner de Bali pour avoir la chance d’explorer ces 3 petites iles formant un archipel des plus sympathiques. En effet, Gili Air, GiliMeno et GiliTrawangan sont situés près de Lombok. Pour vous y rendre, il va falloir prendre le risque d’utiliser des Fastboats à partir de Padangbai. Ce voyage fut donc une expérience riche en découvertes sur ce que l’on qualifiera d’iles paradisiaques.

De nombreuses particularités sont associées avec ces iles. Tout d’abord, la plus surprenante, tous les moteurs sont interdits sur ces iles. Vous ne trouverez donc aucune voiture ou autres scooters. Tout se fait à vélo et cela ajoute un charme indéniable dans un monde où le bruit est omniprésent : les taxis sont des chevaux et les scooters électriques. De même, cette particularité montre l’ambiance générale de l’ile. Il ne faudra pas 15 min avant de comprendre que les gens vivent à un rythme très différent. Il n’est pas rare de croiser des panneaux devant les restaurants appuyant le fait que si vous voulez manger, il va vous falloir du temps : de ma propre expérience, le record absolu a été une attente de 1h45 pour un plat. Mais bon, proposant un cadre exceptionnel, il est facile de s’adapter à ce rythme et de profiter du calme inouï. La dernière particularité des Gili est le nombre de centres de plongée. La seule activité concrète, mise à part le snorkeling, la bière et le repos, est la plongée. Beaucoup de personnes proposent de découvrir les fonds marins qui sont par ailleurs exceptionnels.

 

J’ai donc visité les 3 iles en commençant par Gili Air. Cette ile, de mon point de vue, est le juste milieu entre Meno la désertique et Trawangan la touristique. Elle se distingue même par sa taille étant l’ile avec la superficie moyenne entre celles des deux autres. Etant la moins la chère, elle se divise en deux parties. La parties « sunrise » où la majorité des touristes et activités se trouvent. Et de l’autre côté de l’ile, la partie « sunset » qui n’est pas encore trop exploitée et très agréable. L’ile de GiliMeno est, quant à elle, intacte. Peu de personnes y vivent, peu de touristes, peu d’infrastructures. Néanmoins, elle en reste très intéressante grâce à ses fonds marins. Il vous suffira d’utiliser juste un masque et un tuba pour pouvoir nager avec les tortues. GiliTrawangan est son total opposé. Touristique au possible, de nombreuses personnes y viennent faire la fête. Cela entraine donc des dérives qui sont assez conséquentes sur la beauté de cette dernière. Cependant, elle reste paradisiaque et a comme avantage de proposer de l’eau douce dans son logement.

Pour conclure, les iles Gili sont très riches en découvertes. Il y est très agréable de venir se reposer et surtout prendre le temps de vivre. Les « locaux » sont en grande majorité des gens très accueillant qui seront dans la même optique que vous. Il y fait chaud, la mère est bleu turquoise, les paysages sont magnifiques. Il ne vous faudra que peu de temps pour tomber sous le charme de ces iles. L’arrivée y est magique et le départ tranquille. Le maitre mot est profiter des plaisirs simples de la vie. Pas de contrainte, une expérience en immersion au plein de cœur de ce que devait être Bali avant la frénésie touristique. On comprend alors aisément l’essence même de l’Indonésie : pêcher 5 poissons, les manger et se reposer le reste du temps. Ce voyage fut donc très appréciable, j’y ai vécu des expériences uniques et rencontrer des personnes très sympathiques. Je ne peux donc que vous les conseiller, les nombreuses heures de voyages en vaudront la peine.